MINES DE CHARBON

MINES DE CHARBON

LA CFTC (Confédération Française des Travalleurs Chrétiens)

CFTC MINES : http://pagesperso-orange.fr/.cftc-etam-cdf/

CFTC CMTE (Chimie - Mines - Textiles et Energie) http://www.cftc-cmte.fr/

 

La CFTC, Confédération française des travailleurs chrétiens, est un syndicat de salariés français se référant à la morale sociale chrétienne. Elle a été reconnue "représentative" par un décret interministériel de 1966, au même titre que la CFDT, la CFE-CGC, la CGT et la CGT-FO (présomption irréfragable).

Cette représentativité lui permet de participer aux négociations nationales interprofessionnelles et d'être représentée dans les organismes paritaires. Depuis la loi "portant rénovation de la démocratie sociale" publiée au Journal officiel du 21 août 2008, les règles de représentativité syndicale ont changé. Désormais ce sont les élections en entreprise qui vont la conditionner au niveau des entreprises, des branches professionnelles et au niveau interprofessionnel.

Avec 132 000 adhérents, la CFTC a réalisé un score de 8,94% aux élections prud'homales de décembre 2008, en diminution de 0,71 points par rapport à 2002: 9,65%, mais au dessus des 7,53% de celle de 1997.

Le syndicalisme chrétien est né le 13 septembre 1887, avec la création du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie. Les dirigeants de ce groupement furent à l'initiative de la fondation de la CFTC les 1er - 2 novembre 1919, regroupant 321 syndicats et se réclamant de l'encyclique Rerum Novarum. Son objectif est de contrer la toute-puissance de la CGT dans le milieu ouvrier. Jules Zirnheld en fut le premier président, poste qu'il occupa jusqu'en 1940.

En 1940, la CFTC est dissoute par le régime de Vichy. En raison de l'action de certains de ses membres dans la résistance (elle fut membre active du Conseil National de la Résistance), elle fut maintenue comme organisation syndicale représentative malgré l'hostilité de la CGT qui alla jusqu'au Conseil d'État en vue de la faire interdire.

En 1964, une majorité de la CFTC menée par le groupe « Reconstruction » décide la déconfessionnalisation et le choix de la lutte des classes pour donner naissance à la CFDT, tandis qu'une minorité décide de maintenir une CFTC via une scission minoritaire (environ 10%) avec en particulier la fédération des métaux.

La CFTC sera favorable au rapport de Pierre Sudreau sur la Réforme de l'entreprise en 1975. Elle soutiendra la création du RMI en 1988 et se montrera neutre quant à la création de la CSG en 1990. Le syndicat sera favorable aux 35 heures, aux emplois-jeunes, à l'élaboration de la loi de 1998 contre les exclusions et à la loi créant la CMU.

Avec la loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail, la CFTC n'est pas à l'abri de perdre dans plusieurs entreprises et branches professionnelles sa représentativité. Dans ce contexte difficile, le duel entre Jacques Voisin et Joseph Crespo pour la présidence de la CFTC lors de son congrès de Strasbourg a fait ressortir plusieurs histoires de dons pas totalement désintéressés de l'UIMM. Jacques Voisin est cependant réélu en novembre 2008.

La CFTC favorise la négociation, la discussion, jusqu'à la médiation avant toute action plus revendicative. Pour cette organisation, la grève n'est que l'ultime solution lorsque tous les autres moyens n'ont pas donné satisfaction. Elle se déclare "syndicat de construction sociale".

Parmi ses chevaux de bataille, la CFTC insiste sur le fait que la vie ne se limite pas au travail. Cette valeur est et a été à la base de nombreux combats, de la mise en place des allocations familiales par exemple jusqu'à la défense du repos dominical en tant que journée commune à la plupart des citoyens pour la vie de famille, les loisirs, le sport, l'engagement bénévole, etc. Pour la CFTC, la société ne doit pas se limiter à la consommation.

La CFTC veut mettre le travailleur au centre de sa vie, le rendant acteur au maximum de ses choix et de son avenir lorsque cela est possible. Pour ce faire, elle préconise que les parcours soient sécurisés pour que chacun puisse vraiment faire des choix, sans subir une situation ou un système. Dans le même ordre d'idée, l'organisation syndicale laisse une grande liberté aux syndicats qui la composent, conscients qu'ils sont plus au fait de la réalité pour défendre sur le terrain les travailleurs. C'est ce qu'elle appelle le principe de "subsidiarité". Cela ne l'empêche pas de rappeler à l'ordre, voire de mettre sous tutelle certaines organisations.

La CFTC s'affirme indépendante de tout parti et de toute organisation. Pour elle, la référence au christianisme s'entend comme attachement à la doctrine sociale chrétienne (solidarité, fraternité, justice sociale...), pas comme une identité confessionnelle. Les adhérents ne sont pas forcément chrétiens mais se retrouvent dans les valeurs prônées par la CFTC.

La CFTC est divisée en 22 unions régionales, 100 départementales et 249 unions locales. Elle compte 1 145 syndicats regroupés en 14 fédérations professionnelles (commerce-services-forces de vente, enseignement privé, métallurgie, collectivités territoriales, transports, télécoms, banques...).

La confédération est dirigée par un Congrès et un Conseil Confédéral qui se réunit trois fois par an et qui est chargé de contrôler l'exécutif. L'exécutif est bicéphale, il est composé d'une commission exécutive et du bureau national. Son président actuel est Jacques Voisin, réélu au 50e congrès de Strasbourg en octobre 2008. Philippe Louis est secrétaire général depuis ce même congrès confédéral. La CFTC édite un magazine : "La Vie à Défendre". La CFTC est membre de la Confédération syndicale internationale (CSI). Auparavant elle appartenait à la Confédération mondiale du travail (CMT).

Lors de la campagne pour les élections prud'homales 2008, la CFTC innove avec le lancement d'une minisérie web "Dark Elevator" qui met en scène plusieurs personnages coincés dans l'ascenseur social.

A voir sur le site de campagne de la CFTC pour les prud'homales :www.tousuniquestousunis.com.

Le slogan choisi pour la campagne prud'homale se veut une synthèse de la démarche CFTC : "Pouvoir s'opposer, toujours proposer".

Aux dernières élections des comités d'entreprise, la CFTC est la seule confédération syndicale à progresser, avec 6,8 en 2006, 6,7 % en 2003, 6 % en 2001, contre moins de 5 % quelques années plus tôt.

En 2006, la CFTC présente son projet du Statut du travailleur, lancé par le « rapport-programme » dès 1999 et concrétisé par un groupe de travail depuis 2003.

Le 1er mai 2008, la CFTC rassemble près de 6000 personnes lors de son défilé unitaire à Paris autour du thème du pouvoir d'achat.

Le 50e congrès confédéral s'est tenu en octobre 2008, à Strasbourg.

Les Présidents :

  • Jules Zirnheld : 1919-1940

  • Georges Torcq : 1945-1948

  • Gaston Tessier : 1948-1953

  • Maurice Bouladoux : 1953-1961

  • Georges Levard : 1961-1964

  • Joseph Sauty : 1964-1970

  • Jacques Tessier : 1970-1981

  • Jean Bornard : 1981-1990

  • Guy Drilleaud : 1990-1993

  • Alain Deleu : 1993-2002

  • Jacques Voisin : depuis novembre 2002

Les Secrétaires Généraux :

  • Gaston Tessier : 1919-1940 puis 1944-1948

  • Maurice Bouladoux : 1948-1953

  • Georges Levard : 1953-1961

  • Eugène Descamps : 1961-1964

  • Jacques Tessier : 1964-1970

  • Jean Bornard : 1970-1981

  • Guy Drilleaud : 1981-1990

  • Alain Deleu : 1990-1993

  • Jacques Voisin : 1993-2002

  • Jacky Dintinger : 2002-2008

  • Philippe Louis : depuis octobre 2008

 

Les Fédérations :

  • Agents de l'État (fonctionnaires de l'État).
  • Agriculture : mutualité, crédit, coopération, salariés agricoles, SICA, maisons familiales rurales, organismes divers.
  • Banques : établissements financiers, Crédit populaire, Crédit mutuel, bourse, Caisses d'épargne, banques AFB, CFF, Banque de France.
  • Bâti-Mat TP : bâtiment, travaux publics.
  • CMTE (chimie, mines, textile, énergie) : industries chimiques et connexes, mines, carrières, régime minier de protection sociale, textile, cuirs, habillement et connexes, industries électriques et gazières, énergie.
  • FNACT (Fédération nationale des agents des collectivités territoriales - CFTC) : communaux, départementaux, HLM, sapeurs-pompiers.
  • CSFV (commerce, services et force de vente) : hôtellerie, cafés, restaurants, bars, restauration collective, commerce non alimentaire, commerce alimentaire, services, services tertiaires, agro-alimentaire, force de vente.
  • Communication graphique, écrite et audiovisuelle - spectacle : livre, édition, papier, carton, presse, publicité, parcs d'attraction.
  • Éducation :

    • FESEP (Fédération des syndicats de l'enseignement privé) regroupant le Syndicat national de l'enseignement chrétien (SNEC) et le Syndicat national de l'enseignement privé laïc (SNEPL).
    • SCENRAC-CFTC pour l'Education nationale.
  • Métallurgie
  • Postes et télécommunications.
  • PSE (protection sociale, emploi) : sécurité sociale, travail emploi (ANPE...), formation.
  • Santé - Services sociaux.
  • Transports (Fédération générale des transports CFTC) : ferroviaire, aérien, maritime et fluvial, urbains, route, services aux transports 


17/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres