MINES DE CHARBON

MINES DE CHARBON

LA COKERIE

La Cokerie de Carling est équipée de deux unités de fours droits, Carling 2 et Carling 3, d'une capacité globale de production de 900 000 tonnes de coke par an.

La Cokerie est implantée sur le ban de la ville de Saint-Avold, à la limite des communes de Carling et de L’Hôpital.

Le site s’étend sur une surface d’environ 31 hectares à quelques kilomètres de la frontière franco-allemande, et à proximité des grands axes de transports (route, fer et eau).

Coordonnées GPS
Système Lambert
Zone: L1
x = 919 408 m
y = 1 170 993 m

Autre système
Longitude: 6,7 ° Est
Latitude: 49,1 ° Nord

LE COKE:

Le coke est obtenu par distillation de la houille dans un four à l'abri de l'air. Ces fours sont regroupés en batteries. Au cours de la cuisson, qui peut durer entre 20 et 30 heures en fonction de la qualité recherchée, le mélange de houilles enfourné est transformé en coke par élimination des matières volatiles, puis par transformation physique. Les houilles utilisées, appelées charbons à coke, ont en effet la capacité de se transformer, en une pâte plastique, à une certaine température, avant, de se resolidifier. Le coke ainsi obtenu est refroidi et criblé.

Le coke est principalement utilisé en sidérurgie pour réduire le minerai de fer en haut-fourneau afin d'obtenir la fonte qui est ensuite transformée en acier. Il est également utilisé pour l'élaboration de la fonte en cubilot, la fabrication de ferroalliages et dans certains fours à chaux.
Constitué de morceaux de taille homogène capables de soutenir la charge à haute température, c'est un combustible présentant un pouvoir calorifique élevé, permettant le traitement de minerais ou de charges métalliques dans des fours verticaux de plus ou moins grandes dimensions.

Dans le haut fourneau le coke assure à la fois la réduction des oxydes, l'obtention de températures élevées, le soutien de la charge et la perméabilité aux gaz de l'appareil .

L'ENFOURNEMENT PILONE:

Cette technique permet la cokéfaction de charbons très variés, même si leurs propriétés cokéfiantes sont faibles.
Elle permet donc de produire des cokes de grande qualité à partir de charbons d’origines diverses.

Une machine pilonneuse-enfourneuse- défourneuse, circulant le long des batteries de fours, compacte la pâte à coke dans un caisson de pilonnage aux dimensions légèrement inférieures à celles des cellules de fours à coke. (1)

Le pain pilonné ainsi obtenu est suffisamment solide pour être glissé latéralement dans le four.
Il y séjournera de vingt à trente heures, suivant le produit désiré. (2)

Lorsque la pyrolyse est terminée, la machine revient se mettre en position et les portes de la cellule sont retirées. Un bélier pousse le “saumon“ de coke à 1000°C à travers le four dans un wagon spécial appelé “coke-car”. (3)

Le coke incandescent est acheminé sous la tour d’extinction où il est aspergé d’eau avant d’être déversé sur la rampe de refroidissement.
Il est ensuite transporté par convoyeur jusqu’aux installations de criblage, pour y être calibré et expédié directement aux clients. (4)

 

 



07/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres