MINES DE CHARBON

MINES DE CHARBON

L'histoire des mines françaises

comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne, la France a su tirer de son sous-sol de nombreuses richesses qui ont permis, au XIXe siècle et au XXe siècle, son essor industriel et commercial.

Ces produits sont des combustibles (charbon et lignite), des minerais (fer, plomb, zinc, un peu l'antimoine, manganèse, cuivre...), des substances industrielles (sel, potasse, schistes bitumineux, fluorine, uranium...).

Contrairement à une idée reçue, la France n'a jamais été autosuffisante ni en combustible ni en minerais, sauf pendant quelques années pour le minerai de fer. En particulier, elle a dû toujours importer du charbon, même dans les années 1960 où la production a atteint son maximum.

Une mine est éphémère. Le développement de l'industrie minière, d'une façon générale, suit de nombreux aléas : expansion ou récession de l'industrie, variation des cours des matières premières, pressions environnementales etc... C'est pourquoi, cette industrie est très irrégulière. Il n'est pas rare qu'une mine soit immédiatement fermée après son ouverture par suite de la chute des cours, puis rouverte de nombreuses années plus tard, à nouveau fermée, etc. Il faut aussi tenir compte des aléas géologiques pas toujours discernables au moment des recherches : il est souvent arrivé qu'une mine sur laquelle on fondait de grands espoirs, se soit avérée rapidement inexploitable par suite de nombreuses failles, venues d'eau importantes, grisou etc. Enfin un autre élément à prendre en compte est le progrès technologique : les minettes phosphoreuses lorraines, inexploitables avant l'invention des aciers Bessemer, ce sont avérées aujourd'hui impropres à la filière fonte hématite.



17/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres